LES LYCANTHROPES

 

Les lycanthropes

 

  

Voyez les Contrées,

De l’autre côté des Monts

C’est le Pays des Lycanthropes !

Que de légendes à leur sujet

Que de légendes…

 

Wô !Wô !

Que de légendes…

Hommes-loups, hommes-loups,

Comment ferons-nous pour aller

A la Forêt du Sacrement ?

Allez-vous nous barrer la route ?

Par la Plaine du Câmanarâh,
Nous passerons.

Et après nous être reposés

Dans la cité sereine de Sykmânârâ,

Nous partirons vers la Forêt Sacrée

Faire ce que nous devons faire.

Nous aurons les vivres nécessaires

Pour affronter nos peurs…

Nous aurons nos instruments de musique

Pour nous protéger !

 

Wô ! Wô ! Résonnez tambours.

Wô ! Wô ! Résonnez tambours.

Que nos chants montent vers les Cieux profonds.

Par l’Yrsse et la plaine féconde !

Hâtons-nous, nous devons y parvenir au plus vite.

Oui, car là-bas nous attendent les Grandes Décisions,

Les nouvelles lettres de l’Esprit Fécond.
Que de légendes, que de légendes à votre sujet.
Tiens… nous y voici…

Regarde, là, le Lycanthrope !

Il nous a vu, il vient vers nous !

Ne nous laissons pas gagner par la peur.
Faisons résonner nos tambours et nos flûtes,

Donnons du Zastua et du Ngwgwgwê !

Oui, comme cela mes frères.

                                                      

Wô, Wô ! voilà le Lycanthrope !

Homme le jour, loup la nuit !

Wô, Wô, Wô, Wô !

Oui, il arrive le Lycanthrope géant,

Son pas résonne de tous les sons de la Terre.

Ses yeux terrifiants éjectent les pouvoirs,

Dont sont parées les légendes vivantes.

Homme le jour, loup la nuit ?

Mais qui sont-ils donc ?

Faut-il croire ce qui se raconte.

Qui sont-ils vraiment ces hommes-loups ?
Mangent-ils vraiment de la chair humaine ?

Ou de la chair elfique ?

Et si ceux-là étaient différents ?

Pourquoi toujours voir le terrifiant partout ?

Nous veut-il vraiment du mal, le Titan monstrueux ?

Qui avance dans l’ombre d’un grand arbre vénéneux.

 

Le Lycanthrope, l’homme-loup…
Va-t-il se transformer ?

Là, tout de suite, et nous laisser frémir d’une peur indicible ?

Par tous les démons de la Mer Enclavée,

Est-ce que ce monde hideux va donc nous engloutir ?

Mais non.

Soudain : « Ayâ*, Elfes de Sykmânârâ.
Vous avez sûrement rendez-vous

A l’Autel d’Outre Temps

Où vous devez débattre de choses importantes.
Mon nom est Hnhnhnhnhgnhhx !

Vous devez avoir entendu toutes sortes de faits sordides

 

* Bonjour et/ou  au-revoir

 

 

A notre sujet…
Abaissez vos armes, et comprenez que de moi,

Ainsi que de mon Peuple, vous n’avez rien à craindre. 

Depuis 600.000 ans que nos ancêtres

Naviguent dans cette forêt,

Aucun d’entre nous ne s’est jamais conduit d’une manière incorrecte.

Nous savons que le pacte sacré

A été signé au cœur de cette forêt…

Voyez-vous, tout ce qui est différent

Semble représenter un danger.
Notre peuple est différent certes,

Mais non belliqueux

Est-ce parce que nous sommes différents

De vous que nous devons obligatoirement être cruels ?

Nous nous entendions mieux avec nos ancêtres !!

Toutefois, nous souffrons.
Nous souffrons de ces transformations terribles.

La nuit… la nuit…
Il nous arrive des choses terribles.
Mais jamais nous n’avons fait

De mal à un Humain ou à un Elfe.

On, ni à aucun peuple de ce côté-ci de la Mer Enclavée.
Par le « lac silencieux », vous avez signé le pacte sacré

Comme beaucoup de peuples de ce continent.

Alors, n’allez pas vous mettre « martel en tête »

Nous avons assez de problèmes avec notre condition.

Laisse-nous agir à notre guise,

Et passez sans peur…

Attention toutefois à certains habitants de ces contrées,

Qui n’offrent pas les mêles garanties de confiance que nous…

 

Ayâ, Elfes, ayâ !

Le Lycanthrope, le Bandaslûk , s’enfonce dans la forêt profonde et disparaît, englouti par l’épaisse verdure de la grande forêt… »

 

Tous droits réservés - SACEM 2005

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×