REVES D'AUTRE PART : INTRODUCTION

REVES D'AUTRE PART :

INTRODUCTION

 

Comme nous vous l'avons précisé dans l'ACCUEIL. Ce site parle d'animaux et de poesie, de litterature et de musique, car animaux, nature et art font un excellent cocktail, à notre sens.

Nous vous proposons ici- en plus des textes personnels que vous avez vu plus haut-, des extraits des différents écrits de l'auteur PATRICE GELSI.

Nous vous les livrerons sous forme de catégories avec les renvois aux sites de l'auteur dont ces textes sont issus:

- Patrice Gelsi -site officiel- ( http://patricegelsi.fr.tc et http://patricegelsi2.fr.tc)

- La légende de Zabriska ( http://legendia.fr.tc )

- Légendia ( http://legendia.fr.tc et http://legendia2.fr.tc)

- Déesses ( http://deesses.fr.tc et http://deesses2.fr.tc)

et enfin le 7ème Continent, dont nous vous livrons ci-dessous l'introduction que vous retrouverez dans le site qui lui est réservé ( http://7emecontinent.fr.tc)

 

 INTRODUCTION AU 7ème CONTINENT

Le 7ème Continent, au sens symbolique du terme, c’est donc le lieu de nos voyages et de nos rencontres intérieurs…

Chacun a le sien… Moi, je vous propose le mien ( de Continent ) et il n’est peut être pas si différent du vôtre…

Il ouvre de plus la porte sur une autre planète, sur un Nouveau Monde ( en attendant de sauver le nôtre qui ne se porte pas très bien ), où tout est à découvrir et à redécouvrir.
Pour ce qui est du 7ème Continent lui-même, il s’y passe vraiment des choses merveilleuses et incroyables, mais aussi des choses très simples et naturelles… comme le sourire d’un enfant ou le regard amoureux d’un chat ou d’un chien, ou même celui d’un loup géant qui parle notre langue, nos langues terrestres devrais-je dire.
Tous les paysages de la Terre et presque tous les climats de celle-ci y sont représentés…
La faune et la flore aussi… Avec en plus, des éléments extraordinaires que nous ne connaissons pas : des arbres de cent cinquante mètres de hauteur avec des feuilles bleues, jaunes ou rouges par exemple, des forêts à la superficie immense comme celles que nous devions avoir il y a dix ou vingt mille ans.

Quant aux peuples qui y vivent, je ne vous en parle pas… du moins pas tout de suite… Mais ces Princesses de la Forêt, ces Princesses Mystères à l’Erotisme savoureux et à la Beauté grandiose m’ont marqué à jamais.

Comme m’ont marqué Nakâl, le Loup géant, Grahâr, le Lion de Zabriska, Hamîr, le Tigre, Tippîck, le Chat Sauvage ou les Dauphins du Lac Immense. Et que dire de Blankûr, le Cerf de la Forêt Blanche ? Et n’oubliez pas que tous parlent. Oui, Ailleurs, le Pays des animaux qui parlent…

Donc des animaux qui parlent et des femmes à la Beauté grandiose qui connaissent et apprécient Bach, Beethoven, Duke Ellington, Charlie Parker, Léo Ferré, Lamartine, Musset,  

les Philosophes grecs etc…

 

Bon sang, mais c’est la folie !

Oui, c’est la folie ; mais la « vraie » vie – enfin celle que l’on a l’habitude de surnommer ainsi ( vous avez remarqué que j’ai écrit « vraie » entre parenthèses) -, devrait être comme cela.

Or, elle n’est pas  faite ainsi :
Vous avez vu des Princesses de la Forêt aux noms mystérieux, flanquées de loups et de tigres qui parlent, déambuler dans les rues de Paris, New York ou d’ailleurs, vous ?

Moi pas, et c’est bien dommage !

Moi, ici, dans la « vraie vie », j’ai vu des animaux abandonnés attachés à des arbres et qui pleurent et qui souffrent en silence. Je ne les ai pas entendu parler pour le moment ? Pas avec notre langue du moins…

Ici, je vois des enfants qui meurent ou qui sont vendus comme esclaves pour une « bouchée » de dollars… Oui, il y en a à Paris aussi…

Ici, je vois la planète qui se réchauffe, des tas d’animaux en voie de disparition, et la plupart des espoirs de l’Homme sont aussi en voie de disparition…
Ici, dans la « vraie vie », la soi-disant « vraie vie », je vois de la télé-grande-surface avec de la variété comme seule flèche culturelle.

Ici, les héros sont ceux qui réussissent, même s’ils jouent « de la merde » ou vendent « de la merde » à manger.

Ici, je vois le désert qui gagne de plus en plus de terrain sur la « forêt » quand celle-ci ne brûle pas l’été par grand vent… Il n’y pas plus d’immenses forêts que de « beurre en broche »…
Quant aux Princesses de la Forêt, ou quelque chose de ce genre, je n’en ai pas vu l’ombre d’une seule…

Alors permettez-moi de vous dire que j’ai envie de « foutre le camp de là » et de me réfugier sur le Continent de mes rêves de mon imagination.
Avec mes chats, mes chiens, mon guépard pourquoi pas (savez-vous qu’il reste sur Terre plus de guépards apprivoisés que de guépards en liberté ?), et tout le tremblement…
Et je n’oublierai pas mes instruments de musique, ma plume et du papier pour écrire…
Et si les Princesses de la Forêt ne sont qu’un Mythe sorti de mon imagination,  alors j’épouserai mon imagination et j’apprendrai à les dessiner, à les sculpter et à les peindre…
Cela vaut toujours mieux que de rencontrer sur Terre des gens qui finissent toujours par me décevoir terriblement et me faire très mal.

Suis-je le seul dans ce cas ?
Je suis sûr que non…

 

 

Patrice

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site