EXTRAIT DE LEGENDIA: KILLIANA MON AMOUR

Kîllianâ, mon Amour

 

 

Kîllianâ,
La route est longue jusqu’au Mont de la Vérité.

Je suis sous ton joug : le joug de ta Beauté, 

De ta grâce, de ta pureté…
Que tu es belle Kîllianâ.
Tu es tellement belle que j’en ai pleuré.
Pour toi, je dois découvrir la clé des deux mondes.
Et te les offrir.

Les deux,

Oui, les deux mondes.
Car ta beauté dépasse tout.
Elle est inconcevable pour un terrien.
Kîllianâ, je deviens fou …

Je deviens fou d’Amour pour toi…
Tu veux tout, et je te donnerai tout.
La clé des deux mondes…
Et ensuite, la clé des autres…
De tous les mondes : connus et inconnus.
Tu veux tout, et je te donnerai tout.
Tu me l’as fait promettre…
Dans des moments… inoubliables…
Quelquefois, je veux me libérer de cet amour-passion,

De cette vénération que j’éprouve pour toi…
Mais je ne peux pas…
Non, je ne peux vraiment pas.

Tu veux tout, et tu auras tout,

Car je te donnerai tout.

Tel est notre destin,
Le tien de tout vouloir,

Le mien de tout te donner…
Tu le sais…
Tu es tellement belle et fière…

 

 

ET je suis tellement heureux que tu m’aies choisi.
Tu as fait de moi «  ton Elu ».
Merci ma Reine.
Oui, je suis ton « Elu-servant »

Ton chevalier-esclave.
Tu as pénétré mon cerveau…
Complètement… Absolument.

Impérieusement !
Tu es de partout en moi,

Je ne suis rien sans toi.
Je suis à toi…
Si tu savais à quel point…
Mais, en fait, tu le sais ma Maîtresse.
Ma Maîtresse Absolue…
J’éprouve une joie grandiose à prononcer ce mot :

« Maîtresse Absolue ».
Et toi, tu éprouves la joie de celle qui m’a vaincu.
Car vaincu, je le suis…
De la manière la plus complète…
Et « vainqueur », toi tu l’es.
Tu as pris entière possession du « Tout »

Qui est en moi.
Et je ne veux plus appartenir à quelqu’un d’autre.
Jamais…

 


Que tu es belle Kîllianâ.
Et tu le sais.
Tu sais que tu es la plus belle et que les mondes t’appartiennent.

Tu sais que tu es la plus désirable,

De loin… de très loin…
Et tu sais que tu as le « Pouvoir Absolu »

Surtout être capable de désirer et d’aimer

Car il suffit de te voir pour te désirer

Et t’aimer.

Car avec toi, on ne peut éprouver l’un

De ces sentiments sans l’autre.
Désir-Amour… toujours… avec toi.
Tu le sais.

Et maintenant que tu me possèdes,

Ton pouvoir grandit encore…
Et il ne cessera jamais de grandir.
Tu veux être la Reine-Maîtresse

Absolue.
Et tu le seras !

J’en fais le serment !

Chaque parcelle de ton visage,

De ton corps,

Est une Oeuvre d’Art.
Une Oeuvre d’Art en mouvement..
Car tu bouges, tu danses…
Mon Dieu, quand tu danses…

J’ai failli en perdre la raison.

 

 

 

Mais tous les deux, nous avons réussi

A contrôler mon cerveau… pour ta gloire…
Oui ! Ta gloire…
Je suis fait pour te faire triompher

Complètement… Absolument…
Dans tout l’Univers.

Cela prendra du temps, mais je le ferai.
Alors, tu seras la Maîtresse de l’Univers tout entier.
Car tu es faite pour cela : tu es l’Elue;

Oui, c’est toi…
Fée Sublime… Maîtresse de la Forêt

Et des animaux.
Que tu dresses la Licorne, que tu parles aux grands fauves,

Au léopard géant des Bois de Sthârh,

Aux Dragons de Vaukân,

Aux Loups des Forêts Bleues !

Aux Créatures ailées…
Tu es et resteras à jamais

La Maîtresse de mon cœur.
De mon corps… de mon esprit…
De ma création… de mon inspiration…
Immense et majestueux vaisseau,

Baigné de Sublime magnificence,

A la beauté inégalée,

Qui se meut avec une grâce féline

Et sans pareille dans les forêts,

Les montagnes et les régions d’Outre temps,

D’Autre part…

 

Tu règnes sur mon être,

Tu règnes sur mon cœur…
Je me prosterne à tes pieds,

J’ose baiser tes genoux altiers,

Preuve de mon dévouement éternel.
Vois ! Je suis à genoux devant toi,

Je pleure d’amour et de désir,

Je n’arrête plus de pleurer…
Je n’y arrive pas…
Toi, tu me fixes de ton regard perçant,

Pénétrant, impérieux,

De Femme-Maîtresse,

Sûre de son pouvoir de séduction.
Ton menton se relève un peu plus, 

Te donnant cet air un peu plus

«  Fémininement » supérieur.
Tu souris, juste un léger dessin de tes lèvres

Sur ton visage d’une splendide beauté,

Comme pour me dire que tu sais tout…

Et tu sais tout, tu sais le pouvoir

Que tu as sur moi…

Tu le sais…

Et tu en joues à ta guise,

Comme pour mieux me posséder …
Ton corps se fait plus beau, plus grand,

Plus désirable,

Il semble que tes cheveux deviennent plus épais,

Qu’ils se répandent en cascades sombres ou claires,

Comme une explosion de planètes en furie…
Chevelure… Soleil qui se répand

Dans mon esprit ébahis et soumis.
Mon Dieu… Quelle puissance !

Quelle splendeur !

Tu triomphes et triomphes encore !

Ta jambe se cambre un peu plus,

Comme pour me rendre encore un peu plus fou.
J’ose te baiser les genoux…
J’ai osé…


Et je tremble… d’une manière intense…
Ton inimaginable Erotisme

Se pare de toutes les splendeurs félines et féminines.
Tu sembles dire : «  Ne suis-je pas belle ?

Ne suis-je pas la plus belle.

N’est-ce pas normal que tout homme et toute femme

Dans n’importe quel coin de l’univers,

Me désire, éprouve un amour sans borne

Pour moi ?

N’ai-je pas tous les droits ?

Celui d’avoir, entre autres,

Tous les hommes et toutes les femmes

Que je veux ? D’en faire mes complets

Esclaves ? Fous d’amour pour moi ?

Est-ce que je ne le mérite pas, Terrien ? 

Et toi, vas-tu me donner tous les pouvoirs

Sans rien attendre de moi en retour

Si ce n’est mon existence et mon inestimable beauté ?

Le fait que j’existe ne va-t-il pas te suffire ? »

-        Oui, mon Sublime Amour,

Ma Maîtresse Absolue,

Je te donnerai tout sans rien attendre en retour…

Car tu es la Fée MagiqueLa Muse Ultime…
La Princesse de l’Absolu…

A la fois sauvage et si douce…
Tout en toi inspire le respect, le désir, l’amour, la passion,

La poésie, la musique ;

Et tout ce que l’âme humaine peut donner

D’artistique, d’universellement beau…
Voilà, c’est cela le Grand Secret.
Oui, parle-moi, Amour,

Amuse-toi de mon émerveillement

Et de ma soumission.
Tu le fais d’une manière si coquine, si féminine,

Si… incroyablement pure et érotique.
Oui, car ces deux mots vont bien ensemble ici…
Erotisme et pureté…
Oui, absolument : Erotisme et pureté.
Mon Dieu… Voilà, j’ai enfin réussi,

J’ai pu enfin allier ces deux mots !

ET maintenant, tout s’ouvre en moi.
Mon cerveau s’agrandit de tous les neurones

De tous les habitants de l’univers-cosmos,

Je deviens macrocéphale, macro-cerveau,

Aux dimensions de l’Univers !

Et c’est toi qui m’inspires cela.
Que tu te pares d’une chevelure blonde, blanche,

Rousse, noire, bleue, verte, violette,

Ou d’une couleur de peau différente,

A chaque fois que tu m’apparais,

Il s’agit toujours de toi…
Ma Reine, ma Déesse Nue,

Ma Déesse Noire, ma Déesse Noire et Blanche,

Ma Princesse Bleue ou Rouge,

Ma Maîtresse Absolue et inter-dimensionnelle.


Je suis à toi Kîllianâ,

Complètement, totalement tien…
Et quelque soit le nom que tu portes,

Kîllianâ, Zabriska, Antinéa, Luminâ, Siskeâ, Erotica, Légendia,

Tu es la gardienne de mes souvenirs,

De mes espoirs.
Tu es ma Grande Inspiratrice,

L’Ultime… La Fabuleuse.
E
t pour toi, je jouerai jusqu’à la fin des temps.
Rien ne m’arrêtera.
Je t’aime, mon Amour,  je t’aime…

Il n’y a eu, il n’y a, et il n’y aura

Jamais personne d’autre que toi.
Tu es l’Unique et l’Ultime,

Celle dont je dépends,

Celle pour qui je dois me battre jusqu’à mon dernier souffle,
Celle pour qui je vis, pour qui je compose,
Celle à qui je rêve… tout le temps…
Tout le temps… ET pour toujours…
A bientôt, mon Amour…

 

Patrice Gelsi
Tous droits réservés SACEM 2006

Pour lire les autres textes de LEGENDIA, rendez-vous sur :

http://legendia.fr.tc et http://legendia2.fr.tc

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site