ANIMAUX MYTHIQUES

                                                       Licornes

 

ANIMAUX MYTHIQUES

 

                 Un animal fantastique n’est pas toujours synonyme de cauchemar ou de terreur. Parmi les créatures imaginées par  les hommes, il en est qui, loin de hanter des endroits maléfiques, gardent au contraire des lieux mythiques, des terres de rêve où se cache le bonheur… D’autres, par leur forme pure et gracieuse, évoquent la poésie et les aspirations les plus élevées de l’esprit humain…

 

                De nombreux héros légendaires se sont lancés à la conquête de fabuleux trésors dispersés à travers le monde. Trésors matériels, monceaux d’or rutilant, de pierres précieuses scintillantes, mais aussi trésors spirituels, telles la sagesse, la connaissance ou l’immortalité.

Réservés à un petit nombre d’élus, ces trésors sont difficiles à conquérir : l’accès en est défendu par des gardiens vigilants, dragons, griffons et autres créatures fantastiques.

 

Les Grecs croyaient par exemple que le dieu solaire Apollon allait passer l’hiver en Scythie, province lointaine du Nord.

Là, disaient-ils, le dieu avait caché d’immenses trésors et les faisait garder par des griffons, quadrupèdes ailés à corps de lion et à tête d’aigle, qui les défendaient de la convoitise des Arimaspes, monstres à forme humaine pourvus d’un œil unique.

Or, en cette région furent

Griffon

longtemps exploitées des mines d’or, et sans doute fallait-il, par tous les moyens, y compris par des légendes, dissuader les éventuels pillards de s’en approcher. Dans d’autres légendes, on trouve les griffons associés à l’Arbre de Vie, arbre mythique dont les fleurs procurent l’immortalité, trésor qu’il faut absolument protéger sinon de grands malheurs en découleraient…

 

              Cette qualité réservée aux dieux est symbolisée par un oiseau fantastique, le phénix, qui toujours renaît de ses cendres .

 

Voici comment Hérodote décrit cet animal fabuleux, sacré pour les Egyptiens et qui n’apparaîtrait que tous les cinq cents ans : « S’il est tel qu’on le peint, les plumes de ses ailes sont les unes couleur d’or, les autres d’un rouge vif. Pour la silhouette et la taille, il ressemble de très près à l’aigle ».

Le Phénix

                      Les oiseaux établissent un lien vivant entre les espaces célestes où vivent les dieux et la Terre où vivent les hommes. Ils servent souvent de messagers ou même de montures aux divinités. Deux corbeaux renseignent en permanence Odin sur les agissements des humains, le dieu Lug se manifeste par des vols de corneilles et Vishnou chevauche Garuda, aigle à visage humain.

        Centaure marin

 

Le rêve éternel de l’homme, voler afin de gagner les demeures célestes et divines ou des paradis lointains, a parfois été incarné par des animaux fantastiques. Pour atteindre les îles merveilleuses où les fées accordaient l’éternelle jeunesse, les chevaliers du Moyen Age chevauchaient un hippogriffe, mi-cheval mi-oiseau. De même le héros grec Bellérophon croyait-il pouvoir atteindre l’Olympe grâce à Pégase, un gracieux cheval ailé.

 

Si les dieux n’accordent pas à Bellérophon le droit de les rejoindre, en revanche ils octroient cette faveur au merveilleux coursier, qui, depuis, est devenu le symbole de la poésie. En effet les poètes, dont l’inspiration passait dans l’Antiquité pour être d’essence divine, n’élèvent-ils pas leur âme jusqu’aux plus hautes sphères ?

Bellérophon chevauchant Pégase

 

                 Selon une autre légende grecque, l’un d’eux, Arion, aurait été sauvé de la noyade par d’extraordinaires dauphins, messagers d’Apollon, dieu de la musique et de la poésie.

 

 
La Vouivre

                                                                                          

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site