INTRODUCTION

INTRODUCTION ET SOUVENIRS

 

 

Du plus loin que peuvent remonter mes souvenirs, j’ai toujours été entouré d’animaux : des chats, des chiens, un fennec et même un coyote ( qui a été donné à une réserve à son adolescence). Il y avait aussi des tortues et un adorable hérisson dans la grande maison de mon enfance.

J’avais également un grand bassin avec des poissons rouges et des carpes. A l’intérieur de la maison, trônait aussi un grand aquarium d’eau douce avec une multitude de poissons multicolores. Par la suite, je me suis aussi intéressé aux aquariums d’eau de mer… Et lorsque nous partions en famille sur le grand bateau de papa, nous étions quelquefois suivis par une multitude de dauphins qui dansaient et jouaient autour de nous… C’était merveilleux.

 

J’ai partagé de véritables grands amours avec certains de ces animaux. Je leur parlais comme s’il s’était agi d’êtres humains… J’étais enfant… Lorsque je perdis ma mère à l’âge de 9 ans, cette passion et cet amour se firent encore plus grands à leur endroit…

Je pouvais parler à ma chatte Mini pendant des heures entières et je vous assure qu’elle me répondait parfois. Lorsqu’elle avait une portée de chatons, elle venait fièrement me les présenter en faisant « maw-maw », cette sorte de double miaulement caractéristique à certains chats, et vous pouvez remarquer que, lorsqu’ils disent « maw-maw » ( et c’est volontairement que j’emploie le verbe « dire »), on jurerait qu’ils disent « maman ».

 

La musique et les animaux furent et demeurent encore une très puissante passion…


Lorsque j’atteignis l’âge adulte, je fis du piano mon métier et des animaux mon amour-passion.
Mais à jamais, animaux et musique (mais aussi art en général, poésie, littérature, cinéma…) représentent pour moi un ensemble sans lequel je ne pourrais « vivre », je ne pourrais « exister » en tant qu’être humain.

Car je suis persuadé qu’animaux  et êtres humains sont faits pour communiquer, pour s’aimer et s’entraider.

C’est là à mon sens une magnifique constante de la nature …

 

A présent, je ne suis plus un enfant, mais j’en ai deux ( d’enfants ). Et lorsque je les vois jouer et communiquer avec mes chats et mon chien, je revis moi aussi les moments de mon enfance.

 

C’est merveilleux…


On entend souvent dire par des gens qui n’ont pas une passion débordante pour les animaux : « celui-là ( ou celle-la) ferait mieux de s’occuper de la misère dans le monde et de la détresse humaine plutôt que de sauver les animaux ! ».

Et bien je ne suis absolument pas d’accord avec cette manière de penser. Car l’un n’empêche pas l’autre, bien au contraire ! Ce que je dis peut sembler un « cliché éculé », pourtant j’en suis persuadé et je développerai cela plus largement par la suite en argumentant … De toutes façons, il y a des évidences qu’il faut rappeler de temps en temps ; on en a perdu le sens le plus profond, en effet, depuis maintenant bien longtemps.

 

A l’heure de la « performance à tout prix », du culte du « profit-roi », des grandes cités robotisées où l’on ne se dit jamais « bonjour », c’est la « religion du chacun pour soi ».

L’esprit artistique, l’esprit tout court, l’âme humaine, l’intelligence au sens étymologique du terme –c'est-à-dire la faculté de « capter » l’autre et ce qui l’entoure, de comprendre les langages des sentiments, dans une attitude, un regard, un souffle,  de communiquer par le verbe mais aussi par la gestuelle, l’esprit et les émotions artistiques -, est reléguée au dernier rang !

 

Peut être que l’amour et la compréhension que l’on porte à un animal de compagnie ( et même sauvage pourquoi pas…) peuvent nous ouvrir à nouveau les « portes » de ces capacités de captation que la plupart d’entre nous ont perdu depuis longtemps.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×